Service d'impression 3D à la Réunion

IMPRESSION 3D REUNION

06 93 91 10 57

Copyright 2021 Kalapas 3D - Tous droits réservés

Notre univers au quotidien

 

Nous partageons ci dessous une partie de notre veille technologique et concurrentielle sur l'ensemble des secteurs d'activités impactés par l'impression 3D.

 

Particuliers et entreprises, abonnez vous à notre page facebook pour nous suivre plus facilement et partagez votre information.

 

 

 

 

PLA, roi des filaments ?

29/06/2021

PLA, roi des filaments ?

Le PLA est-il encore aujourd'hui le filament le plus utilisé en impression 3D ? 

L’acide polylactique ou PLA, est le plastique le plus connu dans l'impression 3D par dépôt de fil fondu (FFF, FDM,...). Mais est-il le plus utilisé ?

L'industrie "plastique" ou plasturgie, est née à la fin du 19e siècle. Les matières plastiques ont longtemps été des produits dérivés du pétrole et du gaz. Toutefois, plus récemment, la prise de conscience de la raréfaction des énergies fossiles a poussé l'industrie à créer des plastiques plus éco-responsables.

L'acide polylactique est le plus souvent créé à partir de l'amidon de ma¨s. On parle alors de bioplastique. Notez toutefois que le PLA est biodégradable par un procédé industriel, mais il n'est pas compostable chez vous, tel que des déchets de fruits et légumes.

 

Au début des années 2000, l'impression 3D n'est encore qu'une petite activité au sein de la plasturgie, et elle va donc dans un 1er temps utilisée les plastiques déjà disponibles dans la plasturgie. Et il semble que les plastiques les plus adaptés naturellement à cette nouvelle technologie aient été le PLA ainsi que l'ABS. Mais l'ABS est issu du pétrole et ne bénéficie pas de l'image éco-responsable du PLA.

De plus, l'ABS s'avère finalement plus complexe à imprimer. La philosophie des mouvements opensource tel que REPRAP adopte donc le PLA. 

 

La facilité d'utilisation du PLA et son image écologique lui permet d'être adopté par le grand public dans les années qui suivent.

 

Dans la pratique, le PLA s'imprime à une température relativement faible (200°C). Son refroidissement entraîne une très faible rétractation et permet d'imprimer sans avoir à chauffer le plateau de l'imprimante. Ceci permet d'utiliser un maximum de ventilation de refroidissement pendant la fabrication et d'obtenir une meilleure finition. Et la possibilité de géométries comportant des porte-à-faux et autres "ponts"

.

Vitesse, qualité de finition, coût faible, mais quels sont ses défauts ?

 

Et bien, le PLA a une température de transition visqueuse aux alentours de 60°C. Ceci peut paraître suffisant dans le quotidien, mais ce n'est pas le cas. En effet, cette température est en réalité atteinte très rapidement au soleil en milieu de journée. Après à peine 30mn, les pièces en PLA se déforment. De même, dans un véhicule garé en plein soleil. Ainsi, son utilisation est strictement réservée à un usage en intérieur

 

Voilà son "gros" défaut !

 

Et c'est pour ça que ce plastique est principalement utilisé dans le milieu amateur. Pour sa facilité d'utilisation, mais moins pour ses compétences techniques (résistance mécanique faible et résistance à la température très faible).

 

Durant ces 10 dernières années, l'impression 3D s'est dévelloppée avec une croissance annuelle de 25%. Les industriels de la plasturgie ont donc dévelloppé des plastiques de plus en plus adaptés à l'impression 3D avec des additifs. Bien sûr, le PLA est encore très présent, mais il semble qu'il soit progressivement remplacé. 

 

Il existe aujourd'hui des plastiques presque aussi facile à imprimer mais qui offre de meilleures compétences.

 

Je vous en parle dans le prochain article ?

 

 

 

 

 

Comment choisir son imprimante 3D ?